Première action concrète proposée

Bonjour, nous vous proposons de nous rassembler pour faire progresser l'humanité. Quel orgueil démesuré direz-vous ! Pas du tout, nous ne vous proposons pas de changer le monde mais de progresser par toutes petites étapes pas à pas.  Cela va néanmoins demander beaucoup d'efforts parce que chaque étape  sera très difficile à franchir du fait la puissance énorme de nos adversaires, les milliardaires. Mais ensemble nous pourrons beaucoup.

Avec des milliards on peut tout.  On peut acheter les médias,  on peut payer des organisations pour soutenir nos intérêts,  on peut payer les gens chargé de convaincre le peuple de voter pour ceux qui nous soutiennent. Tout est à vendre mais pas nous.

Nous accusons les milliardaires de nous exploiter  et de s'enrichir sur notre dos mais cette accusation ne porte pas sur tous les milliardaires.  Il ne faut pas tomber dans le piège de l'amalgame et du « tous pourris »  de même que l'on sait bien qu’il ne faut pas confondre tous les immigrés avec tous les criminels.

Si nous sommes très nombreux et nous associons avec tous les pays tout deviendra possible. Tout deviendra possible à condition que nous nous mettions d’accord sur des objectifs simple et nous rassemblant.  

En envisageant les choses de façon raisonnable nous pourrons même nous allier les milliardaires qui critiquent  eux-mêmes le système. Nous pensons par exemple à Bill Gates et à Warren Buffet qui ont créé une association pour aider l'Afrique à laquelle ils ont fait don de l'essentiel de leurs fortunes. Nous pensons également à ceux qui estiment ne pas payer suffisamment d'impôts sans pour autant accepter que  leur fortune et leurs revenus soient confisqués. Il faut savoir être raisonnable et ceux qui nous poussent à l’outrance sont souvent des traîtres payés pour nous faire échouer. Un grand travail de pédagogie est a envisager.

Au lieu de vouloir leur reprendre l'argent qu'ils ont gagné, Demandons-nous plutôt comment faire pour  moins leur en donner. Il y a de grandes sources d'enrichissement des marchés financiers qu'il est possible de réguler.  Il suffit d'en avoir la volonté.

La première ce sont les prêts que sollicitent les états avec les marchés financiers. Les conseillers des grandes banques ont réussi à convaincre nos dirigeants d'emprunter toujours plus, solution de facilité et ont réussi à endetter les pays au-delà du raisonnable. Avec des crédits devenu i-remboursables  ils ont transformé les intérêts en rente à perpétuité.

Il est possible d'y remédier en faisant voter une loi permettant aux États d'emprunter directement à la banque centrale à taux très faible.  C’est ce que la France a fait de 1801 à 1973 sans que cela mettre en péril son économie bien au contraire.  La France n'a jamais été un modèle de très bonne gestion financière mais pendant la période précédemment indiqué elle a fort honorablement tenu son rang de grande puissance et particulièrement de 1958 à 1973,  période où elle était en tête de la croissance européenne.   Il est vrai que pendant cette période elle fut particulièrement bien dirigé par Charles de Gaulle un homme compétent et soucieux de l'intérêt des Français avant de ses intérêts personnels ce qui n'est plus vraiment le cas avec les politiciens d'aujourd'hui et qui d'ailleurs ne l'a jamais particulièrement été.

Notre première action sera donc de convaincre les peuples des pays de la zone euro de permettre à leurs pays dont la France d'emprunter directement à la Banque centrale européenne  au taux de 1 %  au lieu d'emprunter sur les marchés financiers à des taux moyen de 4 % et pouvant même atteindre 12 % et plus en ce qui concerne la Grèce.  Les taux parfois négatifs actuels sont une escroquerie destinée à nous en fumer et de toute façon ils ne peuvent durer sans détruire toute l'économie.  Ils sont la preuve s'il en fallait que les grandes banques et les marchés financiers nous manipulent.

Nous proposons de réfléchir à cette proposition, elle implique un certain nombre de dispositions pour être pérenne. Nous reviendrons bientôt.